L’heure de faire nouvelles technologies bonne impression swissQprint

L’heure de faire nouvelles technologies bonne impression swissQprint

Arrivé en France en 2012, swissQprint poursuit sa progression. Avec ses systèmes d’impression numérique haut de gamme, le fabricant helvétique entend désormais mieux se faire connaître dans le secteur de l’agencement. Modularité, polyvalence… l’étendue du champ d’application de ses imprimantes est vaste, jusqu’à pouvoir répondre aux demandes les plus complexes des agenceurs ou architectes d’intérieur. Et faire de l’agencement un marché stratégique d’ici à 2025. Entretien avec Alain Greiner, président de la filiale française.

ENTRETIEN Alain Greiner Président de la filiale française de swissQprint

L’agencement est un secteur en pleine expansion, et les besoins des clients sont de plus en plus précis et complexes. De quelle(s) façon(s) l’impression numérique peut-elle se mettre au service de cette demande croissante?

L’impression numérique est le meilleur allié de l’agenceur, elle peut intervenir dans tous les domaines et pour toutes les demandes, aussi précises ou complexes soient-elles.

Elle est surtout reconnue pour sa polyvalence et sa capacité à imprimer sur tous les matériaux : cuir, verre, PVC, plexi, bois, aluminium…

Nos encres UV n’ont pas besoin de pénétrer la matière pour se fixer, elles sont posées en surface et polymérisées par un séchage UV. Cette caractéristique permet d’imprimer sur quasiment toutes les matières souples ou rigides, avec une très bonne accroche et une grande dureté en surface. L’impression numérique peut apporter une personnalisation sur des produits finis ou semi-finis, comme elle peut imprimer sur n’importe quelle matière pour créer une ambiance, contretyper une décoration, une texture ou une couleur pour compléter, sublimer et personnaliser un agencement: habillage de murs, cloisons, vitrages, portes, placards, crédences de cuisine, avec création ou contretypage de n’importe quels motifs ou couleurs ou textures sur des médias rigides ou souples permettant un agencement ultra-personnalisé.

Dans les locaux de swissQprint, à Villebon-sur-Yvette (91), de nombreuses machines sont en démonstration.

De nombreux fabricants de panneaux bois proposent déjà des décors imprimés dans leurs collections. Votre technologie se positionne-t-elle comme un concurrent, une alternative, ou au contraire comme une solution ou un partenaire afin d’améliorer la qualité de rendu?

En aucun cas concurrent, très certainement complémentaire. Notre technologie permet notamment l’impression sur panneaux bois en très haute qualité tout en conservant des productivités importantes. Le marché est divisé en deux catégories d’imprimantes, les productives moyennement qualitatives et les qualitatives très peu productives. Le marché de swissQprin est dans l’alliance des très hautes qualité et précision (0,02 mm de précision garantie à vie) avec la haute productivité. Sur ce marché-là, à ce jour nous sommes seuls.

Quel est le potentiel du domaine de l ‘ agencement comme marché à développer pour le secteur de l’impression numérique? Et quelle est votre stratégie à moyen terme?

Dans l’agencement, tout est personnalisable, donc potentiellement une cible pour le marché de l’impression numérique UV. Ce marché va représenter en 2021 un peu moins de 10% de notre CA, estimé à 15 millions d’euros environ. De nouvelles applications, tant sur le matériel que sur les caractéristiques des encres, sont en cours de validation pour nous permettre d’accroître notre chiffre d’affaires dans l’agencement à hauteur de 30% d’ici à trois ans. Nos applications visent autant l’entreprise que le particulier.

Dans l’agencement tout est personnalisable, donc potentiellement une cible pour le marché de l’impression numérique UV.

Les particuliers représentent un gros marché vu la période d’ultra-personnalisation que nous vivons actuellement. Quelles sont les capacités d’adaptation de vos solutions face à une telle volonté de diversification?

Aucune adaptation n’est nécessaire sur nos machines, elles ont toutes la capacité de prendre en charge l’ensemble des demandes, et la personnalisation pour le particulier ne nécessite ni plus ni moins d’exigence que pour l’hôtellerie ou le retail.

Exemple d’impression numérique appliquée en revêtement mural.

Justement, l’hôtellerie, le retail ou la restauration sont également des marchés à très forts potentiels. Comment orienter leurs choix vers l’impression numérique? Sont-ils des cibles prioritaires dans votre stratégie de développement ?

Le particulier recherche des aménagements plutôt durables alors que l’hôtellerie, la restauration ou le retail ont un besoin assez fréquent de renouvellement de ces mêmes aménagements. Les matériaux utilisés peuvent donc varier selon les besoins. Nous avons des hôteliers qui ont habillé les murs de leurs chambres avec des plaques de Dibond imprimées et clipsées sur des rails très design. Les dimensions de chaque chambre ont été intégrées par le prestataire qui a découpé les plaques aux dimensions de la pièce, les a rainées pour un pliage à angle droit dans les coins et a même prédécoupé les prises. La rénovation d’une chambre complète peut être opérée en une journée, voire moins, sans odeur de colle ou de peinture. La facilité de mise en place permet également le remplacement d’un seul panneau de décor, par exemple pour personnaliser une chambre ou pour du marketing ciblé.

Les artisans agenceurs sont une première clientèle, mais les prescripteurs, architectes d’intérieur et designers en représentent une autre, dotée d’un pouvoir décisionnaire encore plus important. Comment vous attirer leurs faveurs ?

Le plus complexe est d’arriver à informer l’ensemble des acteurs de ces métiers des possibilités sans limite de cette technologie appliquée aux besoins divers et variés de chacun. Nous comptons tout particulièrement sur votre canal de communication pour nous y aider.

Si l’agencement ouvre un nouveau marché à l’impression numérique, la réciproque est également vraie. La technologie offre aux agenceurs des perspectives d’acquisition de nouveaux marchés en proposant des solutions inédites. Comment se matérialisera l’accompagnement de votre secteur auprès des professionnels de l’aménagement ?

Nous avons près de 250 clients en France, totalisant environ 300 machines. Beaucoup de nos clients sont prestataires de services et sont à même d’accompagner n’importe quel projet d’agencement. Les professionnels de l’agencement peuvent s’adresser directement à eux pour affiner leurs projets ou en déterminer la faisabilité. Ils peuvent également nous appeler pour obtenir les coordonnées des prestataires les plus proches de chez eux. Pour nos clients potentiels, nous avons un showroom en région parisienne (à Villebon-sur-Yvette, dans l’Essonne, NDLR) permettant de tester tout type d’application ou de projet et d’en mesurer le bien-fondé, un service formation pour apporter la compétence nécessaire à une utilisation optimale de nos imprimantes, et une hotline applicative pour accompagner les développements à venir de nos clients, chacun dans son domaine d’activité, et ce durant toute la vie de l’imprimante au sein de leur entreprise.

Encourager les professionnels de l’agencement à s’équiper en imprimantes numériques est-il une ambition? Si oui, à quel terme?

Les professionnels de l’agencement n’ont pas forcément toujours l’envie ou la possibilité de s’équiper d’imprimantes numériques nécessitant de l’espace et du personnel qualifié, et il y a sur le marché suffisamment de prestataires de services capables de prendre en charge leurs besoins. Notre ambition consiste davantage à informer les agenceurs des énormes possibilités d’application et de personnalisation que peut leur apporter cette technologie. Seuls leurs volumes d’impression ou leur volonté d’indépendance dans la production détermineront leur décision d’investir par eux-mêmes dans cette technologie.

Dossier réalisé par Pierre-Olivier Chanez, Victor Dubois-Carriat et Brice-Alexandre Roboam